> Accueil > Actualités > L’OCP souhaite s'appuyer sur l'IDE pour la réalisation de 5 autres usines d'engrais
 
Recherche
 
Dernières publications
PUBLICATION ANIMA
    19 Novembre 2013 Bilan 2012 de l'attractivité des pays MED en matière d'investissement étranger  
   
  > Toutes les publications
 
 
         
ACTUALITÉS - CLIMAT DES INVESTISSEMENTS EN MÉDITERRANNÉE
Actualités
L’OCP souhaite s'appuyer sur l'IDE pour la réalisation de 5 autres usines d'engrais - 16 Janvier 2009
16-01-2009 - MAROC
Source : Econostrum (France)
Pays de destination(s) : Maroc
Secteur(s) concerné(s) : Chimie, plasturgie, engrais
L’Office Chérifien des Phosphates (OCP), qui détient depuis 1920 le monopole de l'exploitation des réserves marocaines de phosphate, qui sont parmi les plus importantes au monde, souhaite faire de Jorf Lasfar (au Sud de Casablanca) un hub d’envergure internationale pour la production de dérivés phosphatés.

Etant donné la lourdeur des investissements nécessaires, l’OCP vient de conclure un partenariat stratégique avec la Banque Centrale Populaire marocaine, qui permets à celle-ci de prendre 5,88% du capital de l’OCP, tandis que ce dernier détiendra 6,6% du capital de la banque. Une introduction en bourse est également à l’étude afin de lever des capitaux supplémentaires.

L’OCP annonce en outre son intention de s’associer capitaux et savoir-faire étrangers pour prendre en charge certains modules de l’immense projet de Jorf Lasfar. Le groupe marocain prévoit d’investir en propre 15,5 milliards de dirhams au bénéfice des mines de Khouribga et Gantour, de la création de 2 pipelines reliant ces mines au complexe industriel de Jorf Lasfar. Un nouveau terminal portuaire pour l’exportation est également prévu.

La construction du pipeline entre Khourigba et Jorf Lasfar, qui devrait aboutir en 2012, pourrait représenter à elle seule un investissement de plus de 5 milliards de dirhams. Première opportunité pour un éventuel opérateur étranger : l’OCP étudie actuellement la l’intérêt de confier à un tiers la construction et la de ce pipeline sous forme de concession BOT.

En plus des JV déjà constituées avec le pakistanais Fauji, le brésilien Bunge, le belge Prayon, l’allemand CFB et les indiens Tata et Birla, l’OCP souhaite s’appuyer sur des investissements directs étrangers pour la réalisation de 5 usines supplémentaires d’ici 2015, pour un montant estimé de 25 milliards de dirhams.

Selon le journal économique méditerranéen Econostrum, « l’Office affirme avoir reçu 16 manifestations d’intérêt de sociétés, originaires notamment des Etats-Unis, de l’Inde et de la Turquie, en vue de produire de l’acide phosphorique ou des engrais. »

Malgré le recul des cours du pétrole, et une certaine accalmie concernant les cours des produits alimentaires, l’OCP mise sur le maintien de la demande d’engrais phosphatés, notamment destinés à la production d’agrocarburants. Après l’envolée des cours du phosphate en 2008, tirés principalement par la demande mondiale d’engrais, l’entrée en production d’importantes usines d’engrais, notamment le complexe saoudien d’Al Jalamid, devrait conduire à une offre excédentaire autour de 2011-2012, et donc à des baisses sévères de prix.
 
 
  Imprimer
  Envoyer à un ami
< Retour
 
Accès Membres
 
 
Devenir membre
 
Alertes News