COOPERATION - Un atelier met l'accent sur l'agroalimentaire, enjeu majeur en Méditerranée

28/04/2016
Pays de destination(s) : Euromed
Secteur(s) concerné(s) : Agro-alimentaire, Autre ou non spécifié

Organisé par l’Office de Coopération Economique pour la Méditerranée et l’Orient (OCEMO) le 22 avril dernier, cet atelier a été l’occasion pour le CIHEAM de souligner les enjeux de l'agriculture pour la région et pour ANIMA de témoigner sur deux initiatives en lien avec ce secteur, les projets LACTIMED et EDILE.


Les intervenants du CIHEAM ont rappelé l'importance de l'agriculture et de l'élevage tant sur les plans de la sécurité alimentaire et de la croissance que sur ceux de la santé publique, de la préservation des ressources naturelles et de l'emploi.

Dans la région MENA, le secteur agricole fait surtout face à une croissance démographique marquée qui ne va cesser de s'amplifier jusqu'en 2050, pesant sur des enjeux importants en termes d'alimentation de la population mais également d'emploi des jeunes générations, alors que les métiers agricoles sont de plus en plus délaissés. A cette conjoncture s'ajoutent l'exode rural et la migration, mais aussi d'autres défis tels que le changement climatique, la désertification, la modification des écosystèmes et l'apparition de nouvelles maladies.

 

On observe également que l'attention parfois focalisée sur l'attraction de capitaux étrangers dans une optique de production destinée à l'export conduit à un apport social limité en termes d'emploi local et de croissance. Par ailleurs, ce schéma ne permet pas toujours de répondre aux besoins des marchés domestiques, rendant certains pays dépendants des importations de denrées dont les cours peuvent être très volatiles. Par conséquent, les intervenants soulignent l'importance d'associer les petits exploitants agricoles et de les soutenir davantage en termes de moyens financiers, d'infrastructures, de formation et de foncier. Mme Seghirate a d'ailleurs montré que des modèles de développement plus inclusifs existent et pourraient être répliqués, comme l'illustre l'exemple de la filière laitière en Algérie où une multinationale travaille avec un réseau de petits producteurs laitiers depuis une dizaine d'années.

 

Au niveau régional, le CIHEAM plaide pour une intégration plus poussée de l'agriculture dans la politique de voisinage UE28 avec le Sud et l'Est de la Méditerranée. M. Bessaoud évoque notamment comme priorité la formation aux techniques agricoles et l'accompagnement de l'entreprenariat chez les jeunes.

Le CIHEAM a notament présenté les solutions qu'il proposait dans le cadre de l'agenda adopté par ses 13 Etats-membres, en intégrant de nouvelles dimensions ou en renforçant d'autres, comme la lutte contre le gaspillage (un tiers de la production perdue du producteur au consommateur), la sûreté et la qualité des aliments, le retour à la diète méditerranéenne, plus saine et plus adaptée au climat et aux ressources de la région, ou encore l'emploi des femmes.

 

Notre intervenant, Aurélien Baudoin, a rappelé que les capitaux étrangers investis dans l'agriculture n'ont pas toujours l'effet d'entrainement escompté pour le développement local, et qu'il faut porter une attention plus marquée à l'implication du tissu entrepreneurial local ou à la protection de l'environnement. Un outil comme le label EDILE permet d'optimiser les investissements en termes de création d'emploi, de sous-traitance locale, mais aussi de formation, pour ne citer que quelques domaines. Son application au secteur agro-alimentaire est par ailleurs tout à fait compatible avec la préservation de connaissances locales et traditionnelles ou de l'environnement.

 

Dans le cadre du projet LACTIMED, ANIMA a mené un travail basé sur l'identification des besoins des acteurs de la filière laitière au sein des territoires mais s'appuyant aussi sur l'observation, notamment au niveau européen mais pas uniquement, d'une demande croissante en produits de qualité, authentiques et traçables. Ce travail initial de diagnostic a aussi révélé un manque de coordination et de connaissance entre les acteurs locaux, voire un climat de méfiance entre les entreprises, ce qui entravait leur désir d'innovation et de recherche de nouveaux débouchés. Une alliance dans le cadre de clusters s'est révélée porteuse pour les bénéficiaires, comme par exemple en Grèce où ANIMA a facilité l'émergence du cluster laitier de Thessalie, impliquant 7 PME, plusieurs centaines d'éleveurs et d'autres types d'acteurs. Cette assistance technique a permis la création d'un nouveau label, l'augmentation du prix de vente de certains produits et des quantités exportées, et montre que les pratiques innovantes existent et contribuent au développement des territoires.

 

Article ANIMA

Tel. +33 4 96 11 67 60  
Projets & Services ANIMA