Développer le transport multimodal pour doper le commerce extérieur tunisien

20/03/2008
Source : Dev-export.com
Pays de destination(s) : Tunisie
Secteur(s) concerné(s) : BTP, immobilier, infrastructures

D'après les spécialistes, ce mode de transport augmenterait la compétitivité de l'économie tunisienne en réduisant les coûts et en facilitant le transit et l'exportation des marchandises vers l'étranger.

Selon Dev-export.com

Les participants à la consultation nationale sur le transport multimodal organisée samedi au port de Radès, ont convenu de la nécessité impérative de ce mode de transport, à la lumière des défis auxquels sera confronté le pays durant la prochaine étape.

Ils ont estimé que le transport multimodal constitue un facteur important dans l'amélioration de la qualité des services, la réduction des coûts et le renforcement de la compétitivité des marchandises.

Selon M.Francesco Russo, professeur en ingénierie de transport à l'Université Reggio di Calabria (Italie), le développement du transport multimodal nécessite l'intégration des différents modes de transport, la facilitation de transit des marchandises et des unités de transport avec davantage de fluidité et l'offre d'un service de porte à porte outre la création d'une zone logistique à même de réduire les délais et de faciliter les procédures.

Il a ajouté que les mouvements de navigation en Méditerranée vont s'intensifier, ce qui exige l'intégration de la Tunisie dans un réseau international lui permettant de tirer profit de cette activité, de manière à augmenter la capacité de l'économie tunisienne à drainer l'investissement extérieur.

Il y a lieu de préciser que la Tunisie compte sur le transport ferroviaire en tant que principal moyen du transport multimodal, compte tenu des avantages qu'il offre en ce qui concerne l'économie d'énergie, la sécurité et la capacité d'accueil des wagons.

M. Abdelaziz Chaabane, PDG de la SNCFT (société nationale des chemins de fer tunisiens) a affirmé que le transport des conteneurs par le biais des chemins de fer, permet d'économiser environ 1 500 mille dinars par an, étant donné que la consommation du secteur représente le tiers de celle des camions.

Il a précisé que le transport d'un conteneur par voie terrestre (en camion) coûte entre 220 dinars et 700 dinars contre de 190 à 440 dinars par voie ferroviaire, selon la destination.

A cet égard, après le démarrage de la première opération de transport de conteneurs par voie ferroviaire samedi, il est prévu de transporter 68 conteneurs quotidiennement à partir du port de Rades vers Sousse (50%), vers Sfax (40%) et Gabes (10%).

Pour M. Habib Haj salem,, directeur des recherches à l'Institut français de recherche et d'études sur le transport et la sécurité (INRETS), il s'agit d'introduire un nouveau concept relatif au «transport intelligent » qui porte sur l'intégration des nouvelles technologies de l'information et de la communication dans l'infrastructure du transport multimodal.

Il a ajouté que l'adoption de cette technologie rend le transport plus sûr, plus efficace et plus écologique sans changer l'infrastructure en place.

Le directeur des recherches a, également, cité les technologies qui peuvent êtres utilisées dans ce domaine notamment celles relatives à l'échange d'information et la communication, soulignant la nécessité de développer la recherche et l'innovation, de manière à répondre aux besoins du pays dans ce domaine.

Résultats de l’enquête nationale sur le transport multimodal

Mme. Atidel Boubaker Haj Alouene, maître de conférence à l'école nationale des ingénieurs de Tunis (ENIT) a présenté les résultats de l'enquête nationale sur le transport multimodal.

Il s'agit d'une enquête effectuée auprès de 1000 entreprises implantées dans toutes les régions du pays dont 272 transporteurs (nationaux et internationaux), 180 institutions professionnelles maritimes, 548 chargeurs dont 320 sociétés off shore et 238 sociétés partiellement exportatrices.

Il ressort des résultats de cette étude, que 40% des entreprises ont recours au transport maritime pour les activités d'export et d'import.

Le recours au transport multimodal demeure faible et ne dépasse pas 13%, alors que la majorité des entreprises (95%) optent pour la voie terrestre pour le transport des marchandises à l'intérieur du pays.

Le transport ferroviaire ne représente, quant à lui, que 4% des modes de transport utilisés, d'après l'enquête. La moitié des entreprises ciblées par cette enquête (50%) expliquent le non recours au transport multimodal, par l'inaptitude et l'incompétence de leur personnel qui n'a pas conscience des avantages de ce mode de transport.

Le document recommande, à cet effet, le développement et la promotion des formations spécialisées dans les métiers de logistique et de gestion des transports modernes ainsi que dans la maîtrise des langues étrangères.

M. Ridha Touiti, ministre du commerce et de l'artisanat a souligné, à la clôture des travaux de la consultation, la dynamique qui caractérise le commerce extérieur de la Tunisie, lequel a enregistré une évolution de 40% au cours de la période 2006-2007.

Le ministre a mis l'accent sur la nécessité d'améliorer la qualité des services logistiques dans la mesure ou ils représentent 50% du co8t du transport des marchandises alors que le transport (le moyen de transport) ne représente que 40%.

Les recommandations issues de la consultation ont été axées sur la nécessité de parachever la mise à niveau des ports maritimes et commerciaux, de développer des plate-formes logistiques multimodales, en intégrant des technologies performantes en matière de transport et de manutention et de développer et améliorer les moyens et les équipements utilisés dans les ports.

Les participants ont, également, appelé à alléger davantage les procédures administratives et commerciales relatives au passage des conteneurs, et ce, en axant sur le guichet unique du transport et sur le centre relevant du réseau « Tunisie TradeNet» ainsi que sur le regroupement des services administratifs pour faciliter les opérations de contrôle technique et sanitaire.

Ils ont recommandé, aussi, le raccordement du système de la SNCFT au guichet unique du transport, la promotion du transport ferroviaire en tant que principal mode de transport des conteneurs, au départ et à destination du port de Rades et l'aménagement d'espaces logistiques reliés au réseau ferroviaire.

Autres recommandations des participants : l'actualisation du cadre réglementaire et l'élaboration de textes réglementant le transport multimodal et la logistique. Pour le long terme, les participants ont souligné la nécessité d'accélérer les travaux de réalisation de la première tranche du projet du port en eaux profondes, de mettre en place des zones de services logistiques à Enfidha et dans les sites choisis à l'intérieur du pays et de les connecter aux réseaux de transport routier et ferroviaire outre la facilitation de la liaison ferroviaire avec les pays voisins.

Tel. +33 4 96 11 67 60  
Projets & Services ANIMA