Finance islamique : le marché algérien appelé à se développer fortement

4/06/2008
Source : Algérie DZ
Pays de destination(s) : Algérie
Secteur(s) concerné(s) : Banque, assurance, autre services financiers

Le marché des produits bancaires islamiques devrait bientôt décoller, à commencer par les crédits immobiliers.

Par Algérie DZ

Le ministre des Finances, Karim Djoudi, a assuré devant le Conseil de la Nation que l’activité des banques islamiques en Algérie, qui traitent selon la chari’a, est codifiée de manière cohérente. Il a estimé, dans ce contexte, que le marché de produits de ces banques reste prometteur et devra être appelé à se développer à l’avenir. Pour le ministre, l’environnement des affaires en Algérie est propice pour le développement de cette activité d’autant que la loi sur la monnaie, le crédit et les textes d’application de la Banque d’Algérie contient des textes législatifs visant à réguler les produits bancaires proposés par ces banques « islamiques ». Le ministre a attiré l’attention des députés que l’« encouragement des autorités au développement de ces produits bancaires alternatifs », ces dernières années, s’est reflété sur le terrain par l’arrivée, sur le marché financier, de nombreuses institutions bancaires agréées en provenance, généralement, des riches monarchies du Golfe.

Selon Djoudi, les produits des banques « islamiques » à l’exemple de la « mourabaha », la « moucharaka », les coopératives d’épargne, le crédit sans intérêt, le leasing et les titres islamiques (chèques) sont disponibles sur la place financière algérienne et l’accès aux avantages et prestations de ces banques est ouvert aux opérateurs économiques comme aux particuliers. Le ministre a annoncé, également, qu’un groupe de travail, regroupant des présidents des institutions financières, membres de l’Association des institutions financières et des banques, mène une étude exhaustive pour formuler de nouvelles propositions pour le développement et le soutien de l’activité des banques islamiques en Algérie. L’intervention du ministre faisait suite à des questions orales de députés du Mouvement pour la société de la paix (MSP) qui avaient demandé l’octroi de facilités pour la création des banques islamiques à travers l’ouverture de guichets offrant des produits conformes à la Chari’a dans les banques publiques. Karim Djoudi a, cependant, estimé que son département ministériel ne détient pas les prérogatives pour contraindre les responsables des banques publiques à ouvrir des guichets pour les banques « islamiques ». Le nombre de banques islamiques en Algérie est en croissance continue, en témoigne les demandes d’agréments déposées au niveau du ministère par les institutions financières des pays du Golfe, dont la dernière était la banque émiratie Salam qui recevra incessamment son agrément.

Synthèse de Souad, www.algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran
Tel. +33 4 96 11 67 60  
Projets & Services ANIMA