Gérer la transition en Méditerranée

Pays de destination(s) : Algérie, Chypre, Egypte, Euromed, Israël, Jordanie, Liban, Libye, Malte, Maroc, Palestine, Syrie, Tunisie, Turquie
Secteur(s) concerné(s) : Agro-alimentaire, Ameublement & équipement du foyer, Autre ou non spécifié, Banque, assurance, autre services financiers, Biotechnologies, BTP, immobilier, infrastructures, Chimie, plasturgie, engrais, Composants électroniques, Constructeurs automobiles & équipementiers, Distribution, Eau, environnement et services urbains, Electronique grand public, Energies conventionnelles, Equipements électriques & électroniques, Ingénierie & services aux entreprises, Logiciels & prestations informatiques, Machines & équipements mécaniques, Matériels aéronautiques, navals, ferroviaires, Médicaments, Métallurgie et recyclage, Télécommunications & internet, Textile, habillement, luxe, Tourisme, restauration, Transport, logistique, Verre, ciment, minéraux, bois, papier

Bilan 2011 et impact des crises sur l’investissement direct étranger dans les pays MED

 

D’une crise à l’autre. Près de quatre ans après le début de la crise des subprimes, qui avait d’abord épargné le sud de la Méditerranée avant de l’entraîner dans ses effets de second tour, l’année 2011 est marquée par les mouvements démocratiques qui se sont manifestés dans presque tous les pays des rives sud et est de la Méditerranée. Sans surprise, le nombre d’annonces de projets d’investissement direct étranger (IDE) diminue de 22% dans les pays MED, avec 647 projets détectés en 2011 contre 834 en 2010. La diminution est encore plus marquée en termes de montants : 26,5 milliards d’euros (Md€), contre 38,5 Md€ en 2010, soit -31%. Ces chiffres cachent néanmoins des réalités nationales contrastées. La baisse des IDE se conjugue par ailleurs à celles des revenus du tourisme, des transferts des migrants et, pour certains pays, des exportations. La marge de manœuvre est donc limitée pour les nouveaux gouvernements confrontés aux aspirations légitimes de justice économique et sociale manifestées par leurs populations. L’investissement privé, et notamment étranger, est l’un des leviers qui leur permettra d’agir, à condition de savoir convaincre les investisseurs de composer avec ces attentes.


Synthèse opérationnelle Résumé
Tel. +33 4 96 11 67 60  
Projets & Services ANIMA