Investissement direct étranger vers les pays Med en 2008: Face à la crise

Pays de destination(s) : Algérie, Autres pays, Chypre, Egypte, Euromed, Europe, Israël, Jordanie, Liban, Libye, Malte, Maroc, Palestine, Syrie, Tunisie, Turquie
Secteur(s) concerné(s) : Agro-alimentaire, Ameublement & équipement du foyer, Autre ou non spécifié, Banque, assurance, autre services financiers, Biotechnologies, BTP, immobilier, infrastructures, Chimie, plasturgie, engrais, Composants électroniques, Constructeurs automobiles & équipementiers, Distribution, Eau, environnement et services urbains, Education, culture, média, Electronique grand public, Energies conventionnelles, Energies renouvelables, Equipements électriques & électroniques, Ingénierie & services aux entreprises, Logiciels & prestations informatiques, Machines & équipements mécaniques, Matériels aéronautiques, navals, ferroviaires, Médicaments, Métallurgie et recyclage, Services de santé, Télécommunications & internet, Textile, habillement, luxe, Tourisme, restauration, Transport, logistique, Verre, ciment, minéraux, bois, papier

L’investissement direct étranger (IDE) destiné aux pays Med est en recul depuis 2007. En 2008, les 13 pays du Sud et de l’Est de la Méditerranée suivis par ANIMA ont commencé à être touchés par la crise économique et financière mondiale : ces pays ont reçu un peu moins de 40 milliards d’euros d’IDE annoncé en 2008 (-35%) Le nombre total de projets détectés en 2008 recule d'à peine 6% (778 projets). Beaucoup de ces projets cependant sont d’ores et déjà minorés, quand il ne s’agit pas d’annulations pures et simples. Après plusieurs années de domination des projets venant du Golfe, les entreprises européennes sont à nouveau les principaux investisseurs dans la région.

 

Les raisons d’espérer ne manquent pas cependant. Pour de plus en plus d’entreprises, européennes mais pas seulement, la Méditerranée apparaît comme une solution, un recours possible en termes de marché, de maîtrise des coûts ou de partenariats.  En grec, κρίσις, la crise, signifie le « moment de la décision ». C’est le grand défi industriel de l’ensemble euro-méditerranéen : trouver, en ces temps de crise, un mode original de coopération économique bénéficiaire dans la durée aux deux rives de la Méditerranée.


Synthèse opérationnelle Résumé
Tel. +33 4 96 11 67 60  
Projets & Services ANIMA