La Bourse de Tunis termine 2008 en hausse de 10,7%

8/01/2009
Source : Econostrum
Pays de destination(s) : Tunisie
Secteur(s) concerné(s) : Banque, assurance, autre services financiers

Le marché financier tunisien s’est arrogé la 3ème place dans le palmarès mondial avec un gain de 10,7% l’an dernier. Les bourses marocaines et égyptiennes sont en revanche dans le rouge avec des recul de respectivement 13 et 58%.
Dans la tourmente qui a emporté les marchés financiers mondiaux, la performance de la bourse de Tunis fait figure de quasi exception. Ce marché a en effet terminé l’année 2008 sur une hausse de 10,7% de son indice Tunindex. La bourse de Tunis décroche ainsi la troisième place dans le palmares mondial protégé par sa faible taille et son intégration réduite au système financier international. Selon Challenges, le marché financier tunisien n'a été devancé que par celui d'Accra au Ghana (+50%) et celui de Quito en Equateur (+22 %).

Dans un entretien avec l'Agence TAP, Mohamed Ridha Chalghoum, président du conseil du marché financier (CMF), s’est voulu rassurant. Le secteur financier et le marché boursier tunisien sont à l'abri de la crise en raison du faible degré d'ouverture du marché boursier et son corollaire, la faiblesse des placements étrangers qui se limitent à 25 % de la capitalisation boursière et qui se caractérisent par leur stabilité. En pourcentage, 80 % de ces placements sont détenus par des actionnaires de référence dont notamment la Banque nationale de Paris (BNP), la Société générale française et Attijari Wafa Bank.

Par ailleurs, selon un rapport publié en fin 2008 par l'Oxford Business Group, "l'économie tunisienne s'avère étonnamment robuste, dans un contexte défavorable marqué par la crise économique mondiale. Des progrès considérables ont été accomplis en matière de privatisation et de libéralisation, sous l'effet de l'évolution constante et progressive avec laquelle le pays s'attache à mettre en œuvre des réformes économiques fondamentales".

De plus, dans son projet de loi de finances 2009 présenté récemment, le gouvernement a revu à la hausse les dépenses publiques, qui devraient atteindre plus de 12 mds $ (+12%). Cette hausse de 12% devrait être en partie compensée par les flux d'investissements étrangers d'un montant de 1,75 milliards de dollars et un taux de croissance du PIB estimé à 5%. L'inflation devrait quant à elle reculer à 3,5 %.

Les autres bourses d’Afrique du nord sont en revanche dans le rouge. A la bourse de Casablanca, l’indice MASI a perdu près de 13% en 2008, en dépit de la très faible participation des investisseurs étrangers (1,8%). Un nouveau train de privatisations en 2009 devrait renforcer cette bourse, la plus importante de la zone avec 77 sociétés cotées. En Egypte, la bourse du Caire et d’Alexandrie (CASE) qui compte 378 valeurs a vu l’indice Case 30 plonger de 58% en un an à 4596,49 points ! Il est vrai qu’il avait grimpé jusqu’à près de 12 000 en mai dernier après avoir doublé en quatre ans. La bourse d’Alger qui ne compte que sept entreprises cotées ne publie, pour sa part, pas d’indice.

Aliette de Broqua
Econostrum.info
Tel. +33 4 96 11 67 60  
Projets & Services ANIMA