L'Algérie connaît un net regain d'attractivité en matière d'investissements directs étrangers

9/04/2008
Source : El Watan
Pays de destination(s) : Algérie
Secteur(s) concerné(s) : BTP, immobilier, infrastructures, Chimie, plasturgie, engrais, Métallurgie et recyclage, Tourisme, restauration

Entre 2002 et 2007, elle en aurait comptabilisé pour environ 20 milliards de dollars et pourrait encore en accueillir 8 milliards d'ici la fin de l'année 2008.

Par El Watan

"L’Algérie aurait comptabilisé durant la période allant de 2002 à 2007 environ 20 milliards de dollars d’investissements directs étrangers effectivement engagés dans la réalisation de divers projets, selon le directeur général de l’Agence nationale de développement de l’investissement (ANDI), M. Benmansour, qui s’exprimait hier matin sur la Chaîne III.

Cette masse de capitaux investis par des firmes étrangères, notamment européennes et arabes, s’est concrètement traduite par l’importation, tout aussi massive, de biens d’équipement que l’ANDI évalue, en se basant sur les statistiques douanières, à 11,7 milliard de dollars. Environ 14 000 entreprises ont ainsi été créées, avec à la clé, l’ouverture d’un peu plus de 100 000 emplois directs. Le directeur général de l’ANDI estime avoir de bonnes raisons d’être optimiste quant au quinquennat prochain, les intentions fermes d’investissements émises cette année par de grandes firmes étrangères, se situant déjà entre 7 et 8 milliards de dollars. Interrogé sur les secteurs apparaissant les plus attractifs aux yeux des investisseurs étrangers, M. Benmansour a cité l’industrie lourde qui a capté 7,5 milliards pour la réalisation d’un complexe d’aluminium et 2 milliards pour la construction d’une unité de production d’aciers, l’industrie des engrais qui reçoit environ 3 milliards de dollars pour la réalisation d’une usine de fertilisants, les secteurs du ciment, de l’immobilier, du tourisme et de la santé, en faveur desquels ont été dégagés près de 3 milliards de dollars. Fort de ces chiffres, le directeur général de l’ANDI s’inscrit en faux contre les prétendues réticences des investisseurs étrangers à l’égard du marché algérien. L’afflux d’investisseurs potentiels aux guichets de l’ANDI permet de constater, bien au contraire, une réelle tendance au retour des promoteurs étrangers, aujourd’hui mieux servis par un climat des affaires autrement plus favorable que par le passé. L’Algérie, conclut-il, est en passe de devenir, si elle ne l’est déjà, le pays le plus attractif du bassin méditerranéen, loin devant l’Egypte et le Maroc."
Tel. +33 4 96 11 67 60  
Projets & Services ANIMA