L'Algérie reste confiante malgré la crise financière internationale

23/09/2008
Source : La Tribune (Algérie)
Pays de destination(s) : Algérie
Secteur(s) concerné(s) : Autre ou non spécifié

C'est du moins le sentiment exprimé par le gouverneur de la Banque d'Algérie, pointant du doigt le fort excédent de la balance des paiements (22 milliards d'USD) enregistré au premier semestre 2008.


Malgré de bons résultats financiers et un optimisme apparent, la question du contrôle de l'inflation enregistrée depuis janvier 2008 reste posée. De même que la réforme et la privatisation du système bancaire algérien, vieux serpent de mer, qu'illustre bien les réserves exprimées par le gouvernement en 2007 face à une éventuelle ouverture du capital du Crédit Populaire Algérien.

Selon La Tribune (Algérie)

La santé financière du pays se confirme. Le gouverneur de la Banque d’Algérie, M. Mohamed Laksaci, l’a clairement affirmé, hier, lors de la présentation des tendances monétaires et financières au premier semestre 2008 devant les P-DG des banques et établissements financiers. «Le premier semestre de l’année 2008 a enregistré des performances très remarquables avec un excédent du compte courant de la balance des paiements estimé à 22,21 milliards de dollars», a affirmé, en effet, M. Laksaci. [...]

S’agissant du financement de l’économie nationale par les banques, M. Laksaci a estimé qu’«il est attendu que les banques poursuivent d’une manière plus résolue la nécessaire amélioration de l’évaluation, la gestion et la maîtrise des risques de crédits, vu l’acuité de la question au niveau international». Il appuiera en estimant que ceci est «un ancrage nécessaire pour une contribution effective des banques à l’amélioration de l’allocation des ressources financières dans l’économie nationale. Pour ce faire, un renforcement des fonds propres est requis».

 Il a mis en exergue, par ailleurs, l’évolution des crédits à l’économie. Leur part est passée de 49,58% à fin décembre 2006 à 51,26% à fin décembre 2007 pour se situer à 50,90% à fin juin 2008, a-t-il avancé. Dans la foulée, il a souligné également que, «compte tenu de la disponibilité de fonds prêtables accrus et des besoins d’investissements productifs, il est attendu que les crédits sains à l’économie augmentent en 2008 et que les banques financent davantage les investissements, d’autant plus que le stock d’épargnes financières est bien accru sur les huit dernière années».

Le premier responsable de la Banque d’Algérie, qui a eu une rencontre à huis clos avec les P-DG des banques, a communiqué d’autres chiffres concernant la situation monétaire du pays, notamment le taux de liquidités qui a enregistré une progression de 29,81% au premier semestre 2008, l’inflation annuelle moyenne qui a atteint 4,8%, taux de croissance des crédits à l’économie nationale évalué à 15,3%.

Tel. +33 4 96 11 67 60  
Projets & Services ANIMA