Le Ministre des Affaires étrangères du Maroc revient sur le Statut avancé

31/10/2008
Source : Le Matin (Maroc)
Pays de destination(s) : Euromed, Maroc
Secteur(s) concerné(s) : Autre ou non spécifié

Réunis au Luxembourg le 13 octobre 2008, les ministres des Affaires étrangères de l'UE avaient accordé au Maroc le ‘Statut avancé’, demandé par le Royaume depuis 2004 .

Réunis au Luxembourg le 13 octobre 2008, les ministres des Affaires étrangères de l'UE avaient accordé au Maroc le ‘Statut avancé’, demandé par le Royaume depuis 2004 .

Dans un entretien accordé au journal Le Matin (Maroc), le Ministre des Affaires étrangères du Maroc, M. Taib Fassi Fihri, est revenu sur ce statut. Selon le quotidien, le Ministre a insisté sur l'importance de cette évolution pour le Royaume, tout en expliquant que "Le Statut avancé n'est nullement en contradiction avec l'engagement constant du Royaume à renforcer l'oeuvre régionale collective dans le cadre du "Processus de Barcelone : UPM" visant à créer un espace euro-méditerranéen de paix et de sécurité, de développement et de prospérité, de dialogue culturel et d'échange humain [...]."

Ce Statut avancé vise à renforcer la coopération entre le Maroc et l’Europe dans de nombreux domaines. Ainsi, une coopération parlementaire plus intense doit s’instaurer, notamment grâce à la création d’une Commission parlementaire mixte entre les parlements marocain et européen, ou encore grâce à l’obtention par le Parlement marocain du statut d’observateur à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe.

La coopération sécuritaire devrait également être approfondie. Il est prévu par exemple de créer un Institut supérieur de lutte contre la criminalité. En outre, le Maroc participera aux actions de formation et aux séminaires du Collège européen de police (CEPOL). Il coopérera également avec l’Office européen de police (Europol) ainsi que l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (EMCDDA).
Le volet judiciaire complétera cette approche sécuritaire. Le Maroc coopérera avec l'Agence européenne de lutte contre les formes graves de criminalité (Eurojust), et apportera son soutien aux questions ayant trait aux droits de l’enfant et au droit d’asile.

Au niveau économique, la coopération devrait avant tout consister en un rapprochement progressif du cadre législatif marocain de celui en vigueur dans l'Union. Sont également prévus un Accord de libre-échange global et approfondi (ALEA) ainsi que l’organisation d’un "Forum économique Maroc/UE". Par ailleurs, l’UE et le Maroc se sont engagés sur la voie de l’intégration des marchés de l’énergie, notamment le gaz et l’électricité. Un soutien particulier devrait être apporté à l’énergie éolienne. L’UE devrait aussi soutenir la réforme du secteur agricole marocain.

Au plan politique, enfin, il est prévu d’organiser un sommet UE/Maroc, d’instaurer à intervalles réguliers des rencontres sur des questions jugées stratégiques, et de favoriser davantage les rencontres informelles entre le Ministre des Affaires étrangères marocain et ses homologues européens.
Tel. +33 4 96 11 67 60  
Projets & Services ANIMA