L’Egypte ressent les premiers effets de la crise financière mondiale

18/02/2009
Source : Jeune Afrique
Pays de destination(s) : Egypte
Secteur(s) concerné(s) : Autre ou non spécifié

Selon le ministre égyptien des Affaires étrangères, Ahmed Abul Gheit, le pays commence à entrevoir, de façon indirecte, les conséquences de l'actuelle crise financière internationale.

Selon le ministre égyptien des Affaires étrangères, Ahmed Abul Gheit, le pays commence à entrevoir, de façon indirecte, les conséquences de l'actuelle crise financière internationale.

Lors de la session d'ouverture du Dialogue Asie-Moyen-Orient au Caire, M. Abul Gheit a affirmé que les premières retombées indirectes de la crise se sont manifestées en Egypte. La croissance économique du pays a montré des signes de recul, du fait d’une baisse d'activité de certains secteurs de l’économie, tels le tourisme, le transport et les exportations. Toutefois, le Ministre a exprimé le souhait que son pays s’engage activement dans les efforts menés par la communauté internationale pour surmonter les effets de la crise.

Consécutivement à la baisse générale du prix des matières premières et des marchandises, le taux d’inflation a atteint son niveau le plus bas en Egypte depuis avril dernier. Il s’est fixé à 14% en janvier 2009 contre 18,7% le mois précédent, d’après l'Agence centrale pour la Mobilisation et les Statistiques publiques. La Banque centrale d'Egypte a d’ailleurs annoncé qu'elle réduisait ses principaux taux directeurs de 1%, afin de relancer l’économie du pays face aux impacts négatifs de la crise mondiale (soit 10,5% pour les dépôts et 12,5% pour les emprunts). Source : Jeune Afrique.
Tel. +33 4 96 11 67 60  
Projets & Services ANIMA