Les autorités algériennes veulent renégocier certains contrats énergétiques

12/10/2008
Source : Reuters
Pays de destination(s) : Algérie
Secteur(s) concerné(s) : Energies conventionnelles

Le Ministre algérien de l’Energie et des Mines, M. Chakib Khelil, a affirmé la volonté de l'Etat algérien de renégocier les nouveaux contrats énergétiques n'ayant pas encore été officiellement approuvés.

Le Ministre algérien de l’Energie et des Mines, M. Chakib Khelil, a affirmé la volonté de l'Etat algérien de renégocier les nouveaux contrats énergétiques n'ayant pas encore été officiellement approuvés.

“Tous les nouveaux projets qui n’ont pas été approuvés devront être renégociés", a déclaré le Ministre le 12 octobre 2008. Les autorités algériennes souhaitent en effet renégocier la répartition des parts dans de futurs projets au sein desquels des intérêts nationaux serait inférieurs à 51%.

Cette position correspond à un durcissement des conditions de l’investissement étranger en Algérie dans le cadre d'une loi adoptée au mois d'août 2008. Le texte limite la part d'intérêts non-algériens à 49% dans le cadre d'investissements étrangers dans des projets en Algérie. Les autorités algériennes fondent cette politique sur le fait que les investisseurs étrangers en Algérie n'ont selon elles pas suffisamment réinvesti leurs bénéfices dans le pays.

Source : Reuters
Tel. +33 4 96 11 67 60  
Projets & Services ANIMA