Les professionnels de la pêche maritime espèrent le soutien des autorités pour moderniser leur filière

8/10/2008
Source : L'Economiste (Maroc)
Pays de destination(s) : Maroc
Secteur(s) concerné(s) : Agro-alimentaire

L’étude stratégique sur la pêche maritime au Maroc, dont les conclusions seront données dans plusieurs mois, vise à remédier à des handicaps structurels importants signalés par les professionnels.

L’étude sur la stratégie du secteur de la pêche maritime au Maroc, qui a été lancée en septembre dernier, devrait être bouclée dans quelques mois.

Son objectif est de mettre en relief les handicaps structurels dont souffre la filière des produits de la mer, et surtout de proposer des solutions.

Zakia Driouech, directrice de la Pêche et de l’Aquaculture dans l'administration de tutelle de la filière, qui pilote l’étude, a fait en sorte d’associer le plus grand nombre de professions dépendantes des ressources maritimes.

Selon L’Economiste, citant le président des conserveurs marocains, Mohamed El Jamali, "l’industrie de la conserve fonde beaucoup d’espoir sur les plans d’action en cours de mise en œuvre".

En effet, les problèmes sont nombreux et de plusieurs natures. Les usines de transformation ne sont pas suffisamment approvisionnées en matières premières. Par ricochet, ce sont les potentiels de production et d’exportation qui sont handicapés. Toujours selon L’Economiste, s’appuyant sur les données de l’INRH (Institut National des Recherches Halieutiques), "les usines tournent à moins de 50% de leurs capacités".

L'une des raisons avancées est que les moyens utilisés pour capter les ressources maritimes sont insuffisants. Des efforts importants doivent ainsi être consentis afin de moderniser la flotte ou pour ouvrir de nouvelles pêcheries.

Par ailleurs, le projet de code de pêche maritime, qui n’est toujours pas finalisé, participe d’un flou juridique préjudiciable à l’ensemble de la filière. Le cadre législatif visant à garantir la sécurité sanitaire des produits, ou encore la sauvegarde des milieux marins, est aussi mal défini.

Les professionnels du secteur espèrent que l’étude établira la nécessité d’élaborer un plan global, dont le nom parait déjà tout trouvé : "Maroc bleu", en référence au plan "Maroc Vert" lancé pour relancer l'agriculture marocaine.
Tel. +33 4 96 11 67 60  
Projets & Services ANIMA