Les touristes algériens et libyens de plus en plus nombreux et dépensiers

30/09/2008
Source : Les Afriques
Pays de destination(s) : Tunisie
Secteur(s) concerné(s) : Tourisme, restauration

Ils sont attirés par la langue, une forte proximité géographique et culturelle, des facilités d'entrée et par des prix attractifs. L'offre locale, traditionnellement tournée vers une clientèle européenne, doit suivre.



Les touristes algériens et libyens sont de plus en plus nombreux à affluer en Tunisie.

Selon Les Afriques, "en 2007, la Libye est devenue le premier marché émetteur de touristes vers la Tunisie avec 1,5 million d’entrées, devant la France qui passe en seconde position avec 1,3 million de visiteurs. Le nombre de touristes algériens, qui était d’environ 400 000 en moyenne par an jusqu’à 2002, est arrivé l’an dernier en troisième position avec 980 000 entrées. "

En 2008, la tendance se confirme. L’Office National du Tourisme Tunisien (ONTT) a déjà enregistré, au 31 août dernier, la venue de 750 000 touristes algériens et de plus d’un million de touristes libyens.

La proximité géographique et culturelle serait l’une des raisons expliquant l’attrait exercé par la Tunisie. Les voisins maghrébins trouvent en Tunisie une offre touristique bien plus développée, à des prix attractifs.

On sait par ailleurs, d'après des enquêtes réalisées par l'ONTT, qu'une famille algérienne de quatre personnes peut dépenser en moyenne jusqu’à 3000 euros par semaine, soit deux fois plus que ce que dépensent des touristes venus d'Europe de l'Est. Les attentes de ce nouveau segment de clientèle diffèrent aussi de celles des Européens en matière d'hébergement: les touristes algériens et libyens recherchent généralement des villas ou appartements en location pour y loger en famille. L'offre locale sur le marché de la location et des appart-hôtels va être étoffée.

Le gouvernement tunisien souhaite en conséquence faciliter le transit des touristes algériens et libyens qui, pour des raisons pratiques, prennent majoritairement la route. Les autorités ont donc prévu d’adapter les points de passages frontaliers, et envisagent même de relancer un projet de création d’une liaison ferroviaire entre Annaba et Tunis. En outre, le projet d'une route maritime entre le port d’Alger et celui de la Goulette, près de Tunis, pourrait lui aussi redevenir d’actualité.
Tel. +33 4 96 11 67 60  
Projets & Services ANIMA