L'Etat algérien fait de l'or bleu sa priorité

11/09/2008
Source : Romandie
Pays de destination(s) : Algérie
Secteur(s) concerné(s) : Energies conventionnelles

La mobilisation de l'Etat dans le domaine de l'eau est importante, avec de nombreux projets d'exploitation des nappes phréatiques, de dessalement, et de construction d'aqueducs et de barrages.

Trois grands projets en particulier viennent d'être lancés par le président algérien Abdelaziz Bouteflika, dont un portant sur un transfert des eaux de la nappe phréatique albienne vers les Hauts-Plateaux, qui s'étendent d'Est en Ouest à quelques dizaines de kilomètres du littoral. La nappe phréatique albienne,  dont le volume est estimé à près de 60.000 milliards de m3, ne se renouvelle pratiquement pas. Elle couvre un million de km2 en Algérie, Tunisie et Libye.

Ces projets en sont au stade des études de réalisation, et une réunion avec le ministre des Ressources en eaux Abdelmalek Sellal s'est tenue récemment.

L'autre source d'approvisionnement en eau est le dessalement de l'eau de mer. D'ici 2009 treize stations devront fournir 2,26 millions de m3/jour pour les grandes villes du littoral. Deux sont déjà en fonction, pour alimenter Alger et Oran et "10 contrats de réalisation ont déjà été conclus avec des chantiers lancés ou en cours de lancement".

Par ailleurs, 15 nouveaux barrages ont été mis en exploitation dans les cinq dernières années. 13 autres sont en fin de réalisation. Ils s'ajoutent à un parc total existant de 44 barrages.

"L'Algérie a déjà entrepris la réalisation d'un aqueduc sur 740 km pour alimenter Tamanrasset (extrême sud) à partir de Ain Salah, à 740 km au Nord à partir de la nappe phréatique", a révélé le ministre des Ressources en eaux Abdelmalek Sellal.

D'après Romandie.
Tel. +33 4 96 11 67 60  
Projets & Services ANIMA