L'issue des négociations entre le FMI et la Turquie est incertaine

6/03/2009
Source : Hurriyet Daily News
Pays de destination(s) : Turquie
Secteur(s) concerné(s) : Banque, assurance, autre services financiers

Selon le président de la Chambre de commerce et d'industrie d’Ankara, M. Nurettin Özdebir, le Premier ministre turc ne devrait pas signer de nouvel accord de prêt avec le Fonds Monétaire International (FMI).

Selon le président de la Chambre de commerce et d'industrie d’Ankara, M. Nurettin Özdebir, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdoğan ne devrait pas signer de nouvel accord de prêt avec le Fonds Monétaire International (FMI). Un accord est en effet en discussion depuis début janvier, avec notamment pour objectif d’atténuer les conséquences attendues de la crise économique internationale. Le gouvernement s'attend à une stagnation de l'économie en 2009, avec un taux d'inflation de près de 15%.

En 2000, le FMI avait accordé un prêt de 3,7 milliards de dollars à la Turquie alors en situation de crise économique et monétaire, obligeant le pays à adopter un plan de stabilisation rigoureux. Par la suite, deux autres prêts avaient été accordés : de 16 milliards de dollars en 2002 et de 10 milliards de dollars en 2004. La période du dernier prêt étant arrivée à échéance en mai dernier, la Turquie avait commencé des négociations avec le FMI, et avait adopté fin janvier un premier accord de prêt en termes généraux.

Aujourd’hui les conditions imposées par l’institution financière semblent trop contraignantes pour Ankara. D’après M. Özdebir, les échéances politiques à venir expliqueraient les réticences du gouvernement à parvenir à un accord. Cité par le journal turc Hurriyet Daily News, il ajoute: "il n’est pas certain qu’il y ait une signature avec le FMI après les élections locales du 29 mars".
Tel. +33 4 96 11 67 60  
Projets & Services ANIMA