L'offre outsourcing du Maroc monte doucement en gamme

17/09/2008
Source : L’Economiste (Maroc)
Pays de destination(s) : Maroc
Secteur(s) concerné(s) : Autre ou non spécifié

Si l'offre marocaine de services externalisés porte encore principalement sur les centres d’appels, la gestion administrative ou financière, les projets à plus forte valeur ajoutée se multiplient.

De plus en plus de parcs d'activités dédiés à l'externalisation des fonctions support pour des clients étrangers se développent au Maroc. Leurs noms : Casanearshore à Casablanca, Rabat Technopolis ou encore FèsShore.

Ce positionnement séduit particulièrement les investisseurs hispanophones et anglosaxons qui recherchent avant tout des zones  "à proximité de grands centres urbains, afin d'exploiter leur important potentiel de connectivité aux marchés étrangers, à la fois physique et virtuelle".

Et si les investissements étrangers sont encore dominés par une logique de délocalisation de leurs activités basiques de support technique ou juridique comme les centres d’appels, la gestion administrative, financière ou encore le développement informatique,  des projets à plus forte valeur ajoutée sont en cours.

Selon L’Economiste :

"L’un des sites stratégiques de cette politique du nearshoring est celui basé à Casablanca. Ce site pilote devra livrer 250.000 mètres carrés à fin 2009 pour un investissement de plus de 200 millions d’euros. Le choix de Casablanca a surtout été dicté, selon Benhammou, par la disponibilité d’un parc d’activités tertiaires dédié aux sociétés spécialisées dans le développement de logiciels, les services liés aux banques et assurances, la gestion des relations clients, les processus métiers et autres services informatiques connexes."

"Rabat Technopolis est plutôt un site multipolaire destiné à la technologie à forte valeur ajoutée et ce, avec 6 pôles d’activité (microélectronique, pôle médias avec des applications multimédia…). Une cité de la technologie dédiée à la création, l’incubation et la promotion de projets innovants à fort potentiel. D’autant plus que la ville concentre 85% de centres de recherche ainsi qu’un vaste réseau d’établissements universitaires et autres grandes écoles. Ce qui en fait un vivier de jeunesse sensible à la culture IT. Un levier important à faire activer pour développer la région. Un programme de formation ambitieux a été mis en place pour les besoins de ce site. Quelque 22.000 diplômés seront formés aux métiers de l’offshoring d’ici 2009."
Tel. +33 4 96 11 67 60  
Projets & Services ANIMA