L’UPM au point mort

29/05/2009
Source : Le Figaro (France)
Pays de destination(s) : Euromed
Secteur(s) concerné(s) : Autre ou non spécifié

En l’absence de perspectives de résolution de crise pour le Proche-Orient, le projet de l’Union pour la Méditerranée (UPM), cher au président français, est resté lettre morte.


En l’absence de perspectives de résolution de crise pour le Proche-Orient, le projet de l’Union pour la Méditerranée (UPM), cher au président français, est resté lettre morte.

Lancé il y a un an, le projet est encore aujourd’hui bloqué par le conflit israélo-palestinien, lequel s’est déclenché au mois de décembre 2008 à Gaza. Le ministre français des Affaires étrangères, M. Bernard Kouchner, le reconnaît. "Pour l'UPM (...) je suis désolé de dire que c'est bloqué, en dehors de quelques tentatives de rencontres entre des ambassadeurs". S’exprimant lors d'une audition devant la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale, il a ajouté "tant que la situation ne sera pas éclaircie au Proche-Orient, ce sera bien difficile de faire des progrès". Il a notamment rappelé, avec regret, le report de la conférence sur l'environnement qui devait avoir lieu fin mars 2009 à Monaco.

De son côté, le Maroc, qui accueille à Fès le 2ème Forum mondial sur l'UPM depuis mercredi 27 mai 2009, se veut optimiste. La secrétaire d'Etat auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Mme. Latifa Akharbach, a réitéré l'engagement "fort et actif" du Maroc en faveur de l’UPM. Sous le thème "L'Union pour la Méditerranée (UPM) : quel bilan pour quelles perspectives?", la conférence a été l’occasion, pour la secrétaire d’Etat, de souligner l’importance stratégique de l’Union pour fonder des relations économiques et politiques privilégiées en Méditerranée. Elle a déclaré que la mise en œuvre de l'UpM était, pour le Royaume, "plus pertinente que jamais". Elle a d’ailleurs ajouté "sa relance immédiate est plus qu'impérative".

Il convient de rappeler que l’UPM a pour objectif de développer des projets communs entre les deux rives de la Méditerranée, dans les domaines de l’environnement, des transports, de l’énergie, de la culture, ou encore de l’éducation. Prolongeant le processus de Barcelone lancé en 1995, l’UpM ne parvient toutefois pas à surmonter les obstacles et intérêts divergents dans l’institution d’une véritable coopération euro-méditerranéenne. [Sources : Le Figaro, Le Matin]

Tel. +33 4 96 11 67 60  
Projets & Services ANIMA