Mettre les PME à l'avant-garde du développement économique régional

12/03/2008
Source : Romandie
Pays de destination(s) : Algérie, Egypte, Libye, Maroc, Tunisie
Secteur(s) concerné(s) : Autre ou non spécifié

Plusieurs pays d'Afrique du Nord se sont réunis à Rabat sous l'égide de l'ONU afin de débattre du rôle essentiel que peuvent remplir les PME pour le développement durable de la région.


Selon Romandie

Un comité intergouvernemental d'experts de sept pays d'Afrique du Nord, réuni sous l'égide de l'ONU, a appelé lundi à Rabat à la promotion des petites et moyennes entreprises (PME) afin d'obtenir notamment un "développement et une croissance économique durables" pour la région.

Ce comité relève de la Commission économique de l'ONU pour l'Afrique (CEA) et regroupe des délégués des gouvernements du Maroc, du Soudan, d'Egypte, de Tunisie, d'Algérie, de Libye et de Mauritanie, qui ont entamé la 23ème session de travail lundi.

"Les PME sont des acteurs de développement durables" est le thème principal de la réunion des experts du bureau onusien pour l'Afrique du Nord, ont indiqué à l'AFP les organisateurs.

"Il faut focaliser les efforts pour développer les PME qui peuvent devenir de véritables moteurs d'intégration économique" en Afrique du Nord, a déclaré lors de la réunion Bounemra Bensoltane, directrice de la CEA.

"Gagner des points de croissance" à travers les PME constitue une des "solution" au défi économique qui se pose à la région, a-t-elle ajouté.

Selon une étude de la CEA, les PME "fournissent les biens et services dont ont besoin les grandes entreprises et peuvent être des leviers importants de promotion des échanges et des conquête de nouveaux marchés".

"Les PME sont cependant des agents économiques fragiles", a ajouté le texte avant de souligner que ces "entreprises n'ont pas toujours les moyens" de faire face aux "chocs économiques d'envergure".

"Quand elles ne fédèrent pas leur ressources, les PME ont un pouvoir de négociation limité (qui) entrave leurs conditions d'accès au financement et au transfert de technologie", explique la même source.

Les PME représentent 96 à 98% des entreprises en Afrique, selon les pays, mais ne contribuent qu'à moins de 20% au produit intérieur brut de chaque pays et à moins de 10% de l'impôt sur les sociétés, selon un expert de la région.

Plusieurs intervenants ont en outre plaidé pour une "meilleure intégration économique" entre les pays de la région, en particulier au Maghreb.

Le Haut-commissaire au plan au Maroc, Ahmed Lahlimia, a souhaité le règlement des "conflits artificiels", une allusion à celui du Sahara occidental, pour réaliser un meilleur "avenir" économique au Maghreb.

Le secrétaire général de l'Union du Maghreb arabe (UMA), le Tunisien Habib Benyahia, a estimé pour sa part que l'intrégration économique au Maghreb "ne peut être réalisée que par la dynamisation des entreprises" et la mise en place d'un "partenariat réel" pour faire de la région une "force économique".

L'UMA regroupe le Maroc, la Tunisie, la Libye, l'Algérie et la Mauritanie. Son processus politique et économique est en panne, en raison de la persistance du conflit du Sahara occidendal, dont la souveraineté est réclamée par le Maroc et le Polisario, un mouvement indépendantiste soutenu par l'Algérie.

Tel. +33 4 96 11 67 60  
Projets & Services ANIMA