Pour un instrument de soutien à la création d’entreprise et à l’innovation en Méditerranée

3/12/2008
Source : ANIMA
Pays de destination(s) : Euromed
Secteur(s) concerné(s) : Autre ou non spécifié

80 acteurs publics et privés soutenant l'entreprenariat en Méditerranée appellent les autorités d'Europe et de Méditerranée à prendre en compte plusieurs propositions.

Réunis à Marseille le 20 novembre 2008 lors de la conférence Medibtikar sur le financement de la création d'entreprise et de l'innovation, plus de 80 acteurs publics et privés soutenant l'entreprenariat en Méditerranée appellent les autorités d'Europe et des pays partenaires Méditerranéens à prendre en compte plusieurs propositions concrètes pour faire levier sur le développement des entreprises des pays du sud.

Pour soutenir cette initiative, vous pouvez télécharger la déclaration de Marseille et la retourner signée par courrier, fax ou fichier scanné à :
ANIMA Investment Network
Déclaration de Marseille
11bis rue St Ferréol 13001 Marseille, France
Fax +33 (0)4 96 11 67 61
marseille.declaration@anima.coop

Texte intégral de la déclaration:

Déclaration de Marseille, 20 novembre 2008
Pour la création d’un instrument de soutien à la création d’entreprise et à l’innovation en Méditerranée

Nous, acteurs méditerranéens publics et privés du soutien à la création d’entreprise et à la valorisation de l’innovation, réunis à Marseille le 20 novembre 2008, souhaitons attirer l’attention des autorités locales, régionales, nationales et supranationales d’Europe et des pays partenaires méditerranéens, des organisations internationales et des décideurs publics et privés impliqués dans le développement économique de la région méditerranéenne sur notre diagnostic et les propositions qui suivent.
  1. Un flux durable de projets d’entreprises à créer existe dans les pays du sud et de l’est de la Méditerranée. Nos études, menées dans le cadre du programme de la Commission Européenne Medibtikar, montrent que les incubateurs, parcs technologiques, associations et fédérations d’entrepreneurs, agences de valorisation de la recherche sont des sources capables de promouvoir annuellement plusieurs centaines de projets qui ne sont pas aujourd’hui pris en considération par les acteurs financiers qui accompagnent la création d’entreprise.
  2. Dans le même temps, nous constations un quadruple déficit qui réduit le potentiel de création d’entreprises et de développement de l’innovation dans les pays partenaires méditerranéens :
  • Déficit d’information entre les entrepreneurs et la communauté financière : les entrepreneurs et les structures qui les accompagnent sont mal connectés aux banques et aux investisseurs. De leur côté, les acteurs financiers recrutent rarement des clients ou des projets par l’intermédiaire des structures d’accompagnement ou fédératrices de créateurs d’entreprise et d’innovation,
  • Déficit de compétence : l’entrepreneur est souvent trop seul face à de multiples problématiques (marketing, commerciales, juridiques, partenariales, etc.). Les structures d’accompagnement ne peuvent réunir l’ensemble de l’expertise nécessaire pour répondre à ses besoins,
  • Déficit d’accompagnement à l’international : pour l’entrepreneur innovant, ou pour la jeune entreprise dans un pays de moins de 10 millions d’habitants, l’internationalisation doit être considérée très tôt. L’absence de structures transnationales d’accompagnement technique ou financier vers les marchés étrangers nuit au potentiel de ces entreprises.
  • Déficit de financement : il existe un vide dans la chaîne de financement de l’entreprise méditerranéenne, entre le plafond des niveaux de l’autofinancement (individuel, familial) ou des subventions et le niveau plancher de l’intervention des investisseurs. Selon les pays, cet intervalle non adressé se situe entre 20/200 000 euros et 0,5/1,5 million d’euros.
Forts de ces constatations, et dans le souci de faire efficacement levier sur le développement des PME en Méditerranée, nous appelons à la création des outils suivants :
  1. Une plateforme de mise en relation des acteurs de la création d’entreprise et de l’innovation, et des acteurs financiers du pourtour méditerranéen. S’appuyant sur des rencontres physiques organisées plusieurs fois chaque année dans différents pays de la région (ainsi que sur des bases de données et un monitoring constant de l’activité des affaires), elle proposerait un service de promotion en ligne et de mise en contact des entreprises (par l’intermédiaire des organisations de soutien) et des acteurs financiers (banques, fonds d’investissements).
  2. Un pôle d’expertise en matière d’accompagnement au développement d’entreprise. Composée d’experts publics et privés, accrédités et équipés d’outils adaptés, basés dans les pays sud et est méditerranéens, cette équipe rassemblera au niveau transnational, un ensemble de compétences nécessaires à l’entrepreneur dans sa phase de création et de développement (marketing, commerciales, partenariales, sectorielle, etc.), en langue française et anglaise. Cette expertise sera mobilisée i) par l’entrepreneur en phase de pré-investissement pour finaliser son projet, ou en phase de post-investissement pour accompagner son développement ii) par l’investisseur ou le banquier, en phase d’analyse d’un dossier d’entreprise, pour avoir accès à une expertise spécifique (marché, secteur, technologie).
  3. Un instrument d’appui au financement des entreprises en création ou innovantes : fond d’investissement intervenant en co-investissement avec les fonds d’amorçage ou de capital risque locaux, en particulier sur des entreprises innovantes à fort potentiel, nécessitant un appui pour leur internationalisation. Flexible, et tourné vers l’ambition d’aider à la création de champions méditerranéens, cet instrument pourrait intervenir dès la phase de pré amorçage, jusqu’aux deuxième et troisième tours d’investissement en capital.
Nous appelons les autorités nationales et supranationales d’Europe et des pays partenaires méditerranéens à faire de la création de ces trois outils une priorité, idéalement dans le cadre d’une structure intégrée, pour offrir aux acteurs financiers un flux de projets d’entreprises durable et minimiser leurs risques grâce à l’appui de services d’accompagnement.

Nous appelons les autorités locales et régionales, les autorités nationales et supranationales, les organisations internationales et les décideurs publics et privés des pays d’Europe et de Méditerranée à soutenir techniquement et financièrement la création de ces trois outils.

Nous soutenons l’initiative du réseau ANIMA de travailler à la réunion de partenaires capables de porter un projet pilote disposant de tout ou partie de ces outils.
Tel. +33 4 96 11 67 60  
Projets & Services ANIMA