Vers une coopération renforcée entre la Chambre de commerce de Paris et celle de Beyrouth et du Mont-Liban

8/04/2008
Source : L'Orient Le Jour
Pays de destination(s) : Liban
Secteur(s) concerné(s) : Autre ou non spécifié

La délégation libanaise, enrichie de l'expérience parisienne, entend mettre en place de nouveaux dispositifs: un centre de médiation, une plateforme électronique et un guichet unique pour les formalités.

Par L'Orient Le Jour

"La Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Beyrouth et du Mont-Liban (CCIAB) est en pleine mutation. Elle est décidée à faire peau neuve et à se restructurer. De nombreux chantiers sont à l’examen […] Dans le même temps, le directoire a décidé d’activer un protocole de coopération avec la Chambre de commerce et d’industrie de Paris (CCIP), signé en avril dernier lors d’une visite de son patron à Beyrouth, Pierre Simon […] Les objectifs du directoire de la CCIAB sont de taille. Celui-ci a su conjuguer efficacement les priorités d’action. En fait, la visite de la délégation libanaise à la CCIP vise à obtenir une aide technique (le savoir-faire) pour la création d’un centre de médiation des conflits commerciaux, d’une Chambre électronique ou e-chamber, et d’un centre de formalités des entreprises (guichet unique pour l’enregistrement des sociétés). […]

La visite de la délégation libanaise au centre de médiation et d’arbitrage de Paris (CMAP) relevant de la CCIP a été particulièrement fructueuse […] La médiation, qui est un des modes alternatifs des règlements de conflits commerciaux, est plus rapide, plus efficace et moins coûteuse que les actions devant les tribunaux compétents. Cela dit, selon les responsables du CMAP, le directoire de la CCIAB devrait entreprendre une longue dynamique de sensibilisation des hommes d’affaires, des avocats et des fédérations professionnelles à l’utilité de la médiation. Créé en 1995, le CMAP n’a pas encore trouvé sa vitesse de croisière. Le centre a commencé à traiter une dizaine de dossiers par an au début de sa création. Aujourd’hui, il en est encore à seulement trois cents dossiers en rythme annuel, bien que de nombreuses grandes entreprises françaises telles France Télécom, Auchan, Accor, Veolia Environnement… eurent signé la charte de la médiation interentreprises et sont en train d’inclure de plus en plus dans leur contrat des clauses de médiation. Un point quand même positif dans le paysage de la médiation en France. Les médiateurs sont à présent en train de traiter des litiges mettant en jeu des montants atteignant plus d’un million d’euros alors que par le passé, le montant mis en jeu dans les conflits ne dépassait pas 70 000 francs. […]

Pour ce qui est de l’échangeur PME, un service aux entreprises de la CCIP, créé en association avec l’échangeur Paris-Île-de-France, situé à la Bourse de commerce, rue de Viarmes, la délégation de la CCIAB a eu droit dans ce site à des démonstrations d’exemples concrets d’usages des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) par les sociétés, telles la prospection de nouveaux clients grâce au courriel, la connaissance des concurrents grâce à la veille, l’amélioration des forces de ventes d’une entreprise en les équipant d’outils informatiques et l’usage de l’e-administration.

Par ailleurs, la délégation libanaise s’est rendue au Centre de formalités des entreprises (CEF), situé à la Bourse de commerce. Ce centre particulièrement performant assure l’accomplissement, en un seul lieu et en une visite, de toutes les formalités de l’opérateur économique relatives à la création, à la modification de la situation de son entreprise ou de la cessation de son activité. Pour la création d’un tel centre à la CCIAB, une étroite coordination devrait être mise en œuvre entre la Chambre et le ministère de l’Économie qui entreprend en ce moment une dynamique de réforme du processus d’enregistrement des sociétés en coopération avec la Société financière internationale (SFI), bras droit de la Banque mondiale. Une affaire à suivre. […]

Pour le président de la CCIAB, Ghazi Koraytem, « la taille des deux Chambres de Beyrouth et de Paris est différente mais leur mission est la même, celle d’aider les entreprises à prospérer. Partant de là, il s’agit pour la CCIAB de redéfinir son offre de services en bénéficiant de l’expérience et du savoir-faire de la CCIP ». « La nouvelle gamme de services devrait aboutir à l’amélioration du chiffres d’affaires de la Chambre et à l’instauration de son autofinancement », a-t-il ajouté.

Quant au vice-président de la CCIAB, Gaby Tamer, il a souligné que « le pragmatisme et l’art de gérer les changements devraient prévaloir en cette phase de transition de la Chambre. Il faudrait mettre en œuvre des propositions d’experts tout en les adaptant aux réalités du terrain et aux contraintes des entreprises libanaises ». Au sujet d’une remise à niveau des ressources humaines à la CCIAB, Gaby Tamer a appelé les hommes d’affaires à faire évoluer les mentalités vers plus de décloisonnement, plus d’ouverture et moins de clientélisme."
Tel. +33 4 96 11 67 60  
Projets & Services ANIMA